Regain

Blés dits anciens ou populations, barbotine, fils de pêche
Dimension variable
©D.Allisy

 

Blés anciens ou populations, barbotine, fils de pêche
Dimension variable

« …Alors que cet univers spectral se généralise dans son œuvre, Julia Morlot s’engage activement dans l’environnement rural de sa région, la Bourgogne, où elle vit et travaille, confrontée quotidiennement au foisonnement des champs et des saisons. C’est ainsi qu’elle s’intéresse au blé et aux liens complexes qu’il entretient avec la société contemporaine. Au contact de paysan.ne.s engagé.e.s, elle découvre les procédés de remise en culture de semences disparues, évincées par des siècles de culture normalisée que l’industrie agro-alimentaire ne cesse d’exacerber. Les gestes réinventés par les paysan.ne.s pour rétablir une “autonomie semencière”[2], ainsi que les spécificités physiques des germes issus de variétés anciennes, deviennent les nouveaux terrains de recherche investis par l’artiste.

Les œuvres en cours de réalisation dans le cadre de sa résidence à l’Usine Utopik naissent de ces récentes explorations. A son arrivée, Julia Morlot se rapproche de Maëva, paysanne-boulangère basée sur le territoire, qui sème et récolte manuellement des variétés de blé ancien dans le respect des savoir-faire séculaires des paysans. Julia Morlot récupère alors quelques restes de moisson pour donner forme à une grande installation. Au ras du sol, les germes immergés dans de l’argile, laisseront entrevoir les extrémités naturelles des épis, dont le recourbement spontané permet de relâcher les semences vers la terre.

Une ligne d’horizon organique se dessinera au cœur de ce champ en suspension. Une frontière énigmatique viendra alors matérialiser les paradoxes de cette aspiration humaine à vouloir maîtriser les espèces végétales jusqu’à les modifier génétiquement. »

Licia Demuro
septembre 2022

[2] Notre pain est politique : Les blés paysans face à l’industrie boulangère, La dernière lettre, 2019.